Le clavecin

Le clavecin est un instrument de musique à cordes muni d'un ou plusieurs claviers dont chacune des cordes est « pincée » par un dispositif nommé sautereau.
Instruments spécifiques de la musique européenne, les clavecins ont connu leur apogée et suscité un très large répertoire au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, avant de connaître une longue éclipse pendant tout le XIXème siècle . Ils ont retrouvé la faveur des musiciens et du public depuis le début du XXème siècle.
Comme pour l'orgue, la puissance des sons émis ne dépend pas de la force avec laquelle le claveciniste frappe les touches ; c'est la présence de registres affectés à chacun des claviers qui permet de varier les timbres. Pendant toute la période « baroque », le clavecin a été l'un des instruments privilégiés de l'écriture en contrepoint, et de la réalisation de la basse continue. Mais ses possibilités expressives se sont révélées moins appropriées au style du classicisme naissant, et surtout, par la suite, à la sensibilité du romantisme : les compositeurs lui ont préféré le piano-forte, puis le piano, nouvellement inventés. C'est à l'occasion de la redécouverte de la musique ancienne que le clavecin a connu son actuel renouveau.



L’Orgue positif


L’orgue se distingue de tous les autres instruments de musique par un certain nombre de caractéristiques qui le rendent à la fois unique en son genre et exceptionnel.
Sa tessiture est la plus large de tous les instruments et englobe celle de tous les instruments
L’orgue positif désigne encore aujourd'hui un orgue de petite taille et que l'on posait (positif = qui se pose) sur une table ou à même le sol, pourvu d'un seul clavier et sans pédalier.
Contrairement au  « Grand orgue » destiné à des œuvres solistes,  le positif a un rôle d’accompagnement en harmonisant le plus souvent la basse créant ainsi la base du « continuo ».